S'exposer!

Publié le : 30/01/2017 17:32:45
Catégories : CHRONIQUES D'UNE CRÉATRICE FRANÇAISE

Lorsque je crée, j'exprime mes goûts ainsi que mes sentiments personnels. Le regard de l'autre qui se pose sur mon travail compte beaucoup, car un créateur ne se dissocie pas de ses créations. En tout cas, pour moi c'est impossible !

Alors j'ai commencé par montrer mes créations à ma famille, à mes amis. Ce qu'ils m'en disent n'est pas objectif mais qu'importe, j'ai passé ce premier cap.

Puis je me suis risquée à exposer mon travail de plus en plus !

La presse se met à me raconter ! Waouh, ça fait du bien de voir son travail plébiscité dans le Elle magazine!

article Elle magazine robe Tatou 

Elle magazine n°3648, novembre 2015

 Article Toulouse mag 

Toulouse mag n°115, mars 2012

 Article magazine économique delphine josse

Magazine Entreprise Midi-Pyrénées, Mai 2011

L’accueil est plutôt bon, mon style s'affirme, je veux créer des robes, surtout noires, et des accessoires pour mes envies de motifs et de couleurs.

Bien sûr, il y a toujours des « rabat-joie » qui ne voient pas l’intérêt de proposer une énième version de la petite robe noire. J'entends la même chose à propos de l'accessoire !

C'est vrai, mais « La petite robe noire est le plus grand défi des créateurs, elle a été inventée pour être sans cesse réinventée. Elle est le test ultime pour tout créateur de mode à qui le concept offre une formidable liberté de création. Elle peut prendre mille et une formes, elle restera toujours la petite robe noire. Une robe pour toutes les femmes. »

Créer en noir permet de se concentrer sur la création pure. Seule la ligne du vêtement compte et la liberté qu'offre la petite robe noire à celle qui va la porter.
Extrait du documentaire « La petite robe noire » de Adolfo Conti.

Je ne me soucie pas de si c'est à la mode, de si ça va se vendre ou de si c'est novateur.

J'imagine juste l'histoire de la femme qui va porter la robe que je suis en train de dessiner. Pas une femme irréelle, dirigeant une multinationale, amoureuse transie, mère parfaite, bonne copine toujours partante pour une sortie, qui a le temps de faire un peeling, d'aller à la salle de sport, qui bien sûr reste mince et ne boude pas son assiette au resto.

Elle vous agace, hein, moi aussi !

Non, j'imagine plutôt une jeune fille dans une robe avec de fines bretelles qui court après le bus avec son carton à dessin sous le bras, ou cette femme assise à la terrasse d'un café qui n'attend personne, le pan de sa robe dévoilant le haut de son genou et profitant simplement d'un rayon de soleil. Cette mère de famille qui, ce matin à 6h30, n'a pas voulu faire de compromis entre le pratique et le joli. Cette toute nouvelle cheffe d'entreprise qui se donne de l'assurance avec sa petite robe noire qui lui dit « YES t'assures grave ! t'es trop belle ! tu vas tout déchirer aujourd’hui ! ». Cette femme qui se dit qu'elle aimerait bien porter autre chose que des pantalons mais qui croit que les robes, ce n'est pas fait pour elle. Ou cette autre qui rédige un article avec son bébé sur les genoux ! Oups, ça c'est moi à l'instant même où j'écris ces lignes !

Toutes ces femmes que j'imagine, que je rêve, nous les avons captées avec Lukas lors de la réalisation des shooting photo.

Crédit photo : Lukas Guillaume

 

Partager ce contenu